Des intestins sains, un système immunitaire plus fort?

Agent Nateur

Votre intestin et votre système immunitaire sont intimement liés. Saviez-vous que plus de 99 % de vos gènes proviennent des microbes, et non de vos chromosomes ? Alors que nous avons 22 000 à 25 000 gènes chromosomiques, nous avons environ 3,3 millions de gènes microbiens, qui sont principalement bactériens. Ce fait, ainsi que le fait que 60 à 70 % de vos cellules immunitaires se trouvent dans votre intestin, explique pourquoi Rodney Dietert, docteur en médecine et professeur de microbiologie et d’immunologie à l’université Cornell, pense que le microbiome intestinal à la naissance est le meilleur indicateur de votre santé future. Selon Dietert, le microbiome intestinal est non seulement crucial pour la fonction immunitaire, mais aussi pour la santé en général, car il affecte presque tous les autres systèmes physiologiques.

microbiome

On pensait auparavant que le système immunitaire d’un bébé était complet à la naissance et qu’il n’y avait que peu ou pas de développement après la naissance. Mais les chercheurs découvrent aujourd’hui que le développement immunitaire du bébé in utero n’est pas uniforme et peut être faussé afin de protéger la grossesse. Le développement immunitaire postnatal par le rééquilibrage du microbiome du bébé est essentiel pour prévenir les maladies dues à un dysfonctionnement immunitaire.

Dietert compare le microbiome compromis d’un nourrisson à un défaut de naissance, car il lui manque la majorité de son patrimoine génétique. Heureusement, il s’agit d’un défaut qui peut être corrigé.

Un exemple de la façon dont le microbiome d’un bébé peut être compromis est la césarienne et l’utilisation d’antibiotiques par la mère et le bébé. Bien que les césariennes soient nécessaires dans certains cas, elles font courir à un nouveau-né un risque sérieux de développer un microbiome affaibli. Gloria Dominguez Bello, docteur en médecine de l’université Rutgers, explique que si vous subissez une césarienne, vous pouvez compenser la perte d’ensemencement microbien en utilisant une technique d’écouvillonnage vaginal où les microbes du vagin de la mère sont transférés manuellement au bébé immédiatement après la naissance. Bien que ses effets ne soient pas équivalents à 100 % à ceux d’un accouchement par voie vaginale, cette technique reste très efficace.

Le contact peau à peau, ainsi que l’allaitement maternel, sont également extrêmement importants pour l’ensemencement du microbiome du bébé. Le contact oral avec le tissu mammaire, ainsi que le lait maternel lui-même, font partie intégrante du développement du système immunitaire du bébé. D’autres facteurs contribuent à la construction du microbiome, notamment l’exposition environnementale au sol, à la nourriture et aux animaux.

Dietert pense que ces types de stratégies sont la direction à suivre pour aider les parents à fournir la majorité des gènes du bébé. “Ces gènes microbiens fabriquent des protéines et des enzymes, ils modifient ce que nous voyons de l’environnement extérieur, ils modifient notre alimentation (via le métabolisme microbien) avant même que nos cellules humaines mammaliennes ne voient quoi que ce soit.”

En plus de métaboliser directement vos aliments, vos médicaments et vos produits chimiques, votre microbiome influence également l’expression épigénétique de vos gènes chromosomiques. Curtis Klaassen, ancien président de la Society of Toxicology, affirme que “les microbes [rencontrent et réagissent] d’abord à notre nourriture. Ils voient d’abord les produits chimiques présents dans l’environnement. Ils voient d’abord les médicaments par la plupart des voies d’administration, et ce qu’ils en font détermine ce que votre corps voit. Ils sont donc notre gardien, ils sont notre filtre pour toute notre existence environnementale.”

Une stratégie simple pour protéger votre microbiome consiste à éviter les antibiotiques. S’ils sont parfois nécessaires, vous en consommez peut-être sans même vous en rendre compte. En effet, la grande majorité de l’exposition aux antibiotiques provient de l’alimentation, car les animaux élevés dans des exploitations d’alimentation concentrée sont régulièrement nourris aux antibiotiques. Si vous mangez de la viande, veillez à l’acheter bio. Et pour le poisson, privilégiez la pêche sauvage ou l’élevage durable. Le glyphosate est également un antimicrobien. Il détruit d’abord les microbes du sol, puis ceux des plantes, avant d’atteindre les animaux, puis nous. Assurez-vous d’éviter les pesticides en achetant des aliments biologiques. Pour en savoir plus sur le glyphosate, cliquez ici et sur le produit que nous aimons prendre pour en annuler les effets, cliquez ici

Si vous souffrez de fuites intestinales, vous pouvez prendre un supplément de vitamine D pour aider à les réparer. Cette vitamine optimise votre immunité et augmente la capacité de votre corps à réparer les lésions des cellules épithéliales et les brèches dans la barrière intestinale.

Vous pouvez également vous supplémenter en bactéries d’espèces clés, telles que le genre Akkermansia, qui participe à la régulation de la mucine. Selon Dietert, si la vitamine D est importante pour la réparation de l’intestin, il faut aussi des bactéries pour aider à maintenir la couche de mucine, qui empêche les bactéries et les particules inflammatoires de s’infiltrer à travers la barrière intestinale, et il n’existe que quelques types de bactéries qui remplissent cette fonction.

En ayant une grande diversité de bactéries bénéfiques dans votre intestin, votre corps sera en mesure de prévenir les infections, même si vous avez été exposé à un pathogène dangereux.

***CES DÉCLARATIONS N’ONT PAS ÉTÉ APPROUVÉES OU RÉGLEMENTÉES PAR LA FDA. NOUS NE SOMMES PAS MÉDECINS, CONSULTEZ TOUJOURS VOTRE MÉDECIN.

38,0060,00
40,0090,00
38,00
59,00120,00

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Select a Pickup Point

This site uses cookies to offer you a better browsing experience. By browsing this website, you agree to our use of cookies.