Rencontrez notre fondatrice, la scientifique Barbara Paldus, Ph.D.

Où avez-vous grandi ?

“J’ai grandi au Canada ainsi qu’en Europe. Je suis née dans une petite ville universitaire appelée Kitchener-Waterloo, dans l’Ontario, au Canada. Mon père était professeur de mathématiques appliquées et de chimie, et il a fait venir la famille en Europe à plusieurs reprises pour une année sabbatique. Jusqu’à ce que j’aille à l’université, j’ai vécu et fréquenté des écoles en France, aux Pays-Bas et à Berlin. Nous avons voyagé dans toute l’Europe pendant les étés”.

Vous vous êtes toujours intéressée à la science comme enfant?

“Quand j’étais très jeune, je voulais être une révolutionnaire comme Eva Perón. Plus tard, j’ai voulu devenir archéologue, puis chirurgien du cerveau. Au lycée, je suis tombée amoureux des mathématiques, de la chimie et de la physique. J’ai supposé que je suivrais les traces de mon père et que je travaillerais dans le milieu universitaire. À 17 ans, j’ai eu l’occasion d’étudier le génie électrique à l’université de Waterloo, et je n’ai jamais regardé en arrière. Rien n’est plus gratifiant que de “créer des choses” et de les voir fonctionner, surtout si cela peut améliorer la condition humaine.

Quelles sont vos premières expériences mémorables ?

“J’ai fait beaucoup de gâchis avec les expériences quand j’étais jeune. J’étais la gamine qui mélangeait tous les liquides que je pouvais trouver dans l’évier. J’ai même réussi à vaporiser les rideaux de la cuisine !”

Quelle est votre plus grande fierté en tant que scientifique ?

Nous avons livré du matériel très vite (3 mois) à une petite entreprise qui réalise des essais cliniques pour un médicament biotechnologique contre la dystrophie musculaire. En réduisant le délai de livraison à la moitié de la norme industrielle, nous avons pu offrir un traitement aux enfants qui dégénèrent rapidement et qui ont besoin d’une thérapie. Lorsque les parents nous ont envoyé des lettres et des photos de leurs enfants, la plupart d’entre nous pleuraient dans la salle à manger.

Qu’est-ce qui vous a incité à passer de la science à la beauté ?

“J’avais passé plus de 20 ans dans l’industrie du matériel informatique. J’ai construit des équipements d’analyse et de production biotechnologique avec une automatisation avancée. En fin de compte, j’ai eu l’impression d’avoir “fait mon temps” et j’ai toujours eu le sentiment que mon travail n’avait pas touché autant de personnes que je l’avais toujours rêvé. Je me suis donc lancée dans une toute nouvelle industrie et j’ai appris aussi vite que possible depuis”.

Un moment d’eurêka a-t-il inspiré le Codex Beauty ?

“Il n’y a pas eu de moment eurêka spécifique. La véritable motivation était que depuis que mon fils de 10 ans était un bébé, il a toujours été allergique à presque tous les produits de soin courants. Il a une réaction immédiate – une réaction de rejet -, ce qui me permet de voir si un produit fonctionne ou non pour lui. J’étais constamment à la recherche d’une meilleure crème hydratante, d’une crème pour les couches ou d’un écran solaire. Je voyageais 50 à 75 % de mon temps pour mon ancienne entreprise, donc j’étais souvent bloquée dans les aéroports, et j’ai commencé à chercher des magasins de soins de la peau locaux. C’est ainsi que j’ai découvert plusieurs grandes entreprises de différentes parties du monde”.

Quel est votre objectif avec Codex Beauty ?

“Je pense qu’il y a un manque de transparence et de confiance dans l’industrie des soins de la peau. Il n’y a tout simplement pas assez d’informations pour que les gens puissent prendre des décisions vraiment éclairées. Nous aimerions changer cela en étant un “livre ouvert”. Nous savons aussi que nous n’aurons jamais toutes les réponses : Dans les systèmes biologiques, qui sont incroyablement compliqués, cela est tout simplement impossible, comme une réaction chimique. Cependant, nous pouvons faire de notre mieux et partager ce que nous savons être sain, bénéfique et efficace. Je crois que nos consommateurs sont intelligents et motivés pour apprendre – nous devons simplement leur donner les moyens de prendre des décisions en connaissance de cause.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Select a Pickup Point

This site uses cookies to offer you a better browsing experience. By browsing this website, you agree to our use of cookies.